,

Mon top 5 des snacks Thaïlandais

La Thaïlande est un pays que j’affectionne particulièrement car j’ai la chance de m’y rendre régulièrement depuis toute petite. Adolescente, ce pays me faisant tellement rêver que je pensais y vivre un jour. Si ce n’est plus d’actualité, j’apprécie toujours autant de passer quelques jours dans la capitale.

Bangkok, est une mégapole bondées, bruyante et polluée. Cependant, cette ville continue de m’émerveiller par son festival de couleurs (gris, noir pour les buildings et la pollution qui recouvrent murs, sols et rivières. Ces teintes sont tout à coup éclipsées par les verts et rouges, roses et jaunes de la végétation luxuriante qui envahit la ville.

Cette année, mon séjour à Bangkok a une nouvelle fois été placé sous le signe de la gourmandise. La gastronomie Thaïlandaise est reconnue pour la diversité des saveurs et la complexité de ses plats. J’ai l’impression que chacun peut y trouver son compte même lorsque l’on n’est pas habitué à la cuisine asiatique.

Si en Europe on trouve de nombreux restaurants thaï, on retrouve toujours les même plats : les curry en sauce coco, les émincés de viande avec des noix de cajou, les légumes et vermicelles sautés.

Or, la cuisine thaïlandaise est tellement plus riche que ça !

On en saisit l’ampleur lorsque l’on se balade dans le pays et notamment dans la capitale. L’une des choses que l’on remarque lors d’un premier séjour, c’est le nombre impressionnant de restaurants et marchands ambulants présents dans les rues et nous exposant à une explosion de parfums.

En réalité les thaïs cuisinent rarement chez eux. Là bas, on achète des plats cuisinés dans la rue et on mange sur place ou on prend à emporter. Je me souviens qu’une thaïlandaise m’avait expliqué qu’elle ne cuisinait jamais et qu’elle se servait de son frigo pour y ranger ses couverts…

Nombre des plats proposés par les marchands ambulants ne se retrouvent pas dans nos assiettes européennes et c’est bien dommage ! Je profite donc de mon séjour pour vous en présenter cinq. Ce billet est une invitation au voyage des sens et j’espère qu’il sera utile à ceux qui auront l’occasion de se rendre en Thaïlande.

Mon top 5 des snacks Thaïlandais

1 – Les rôtis


Les rôtis sont de petites crêpes toutes fines et croustillantes. Elles peuvent être fourrées à la banane ou à d’autres fruits. Les rotis sont préparés sous vos yeux et le travail de la pâte est très original. Elles se dégustent dans la rue, encore chaudes. C’est l’un de mes goûters ou desserts favoris depuis que je suis toute petite et je prends toujours les rôtis à la banane et saupoudrés de lait concentré sucré.

 

2 – Le mango & sticky rice (riz gluant en français)

Ce plat est saisonnier (il faut que ce soit la saison des mangues). Il s’agit d’une mangue fraîche découpée en morceaux et accompagnée de riz gluant et de crème de coco légèrement salée. Le nom de « riz gluant » n’est pas très valorisant, je vous l’accorde. On s’imagine une espèce de bouillie alors que ce n’est pas du tout le cas. Une fois cuit, le riz gluant est sec mais les grains restent agglomérés entre eux. C’est pour cela qu’on le nom « gluant ». La consistance en bouche est très agréable (les grains sont un peu croquants) et son goût est légèrement parfumé. Le contraste entre la consistance de la mangue et du riz gluant est parfait. C’est aussi une collation bien équilibrée puisqu’il y a des fruits et des féculents. Ce dessert délicieux peut se trouver dans la rue ou dans certains restaurants.

 

3 – Le riz cuit dans les feuilles de bananes

Encore du riz ! Et oui, en Thaïlande c’est l’aliment de base et les thaïs le cuisinent à toutes les sauces. Ici, une petite feuille de banane est garnie de riz cuit, d’une banane (ou de taro). Parfois certains ajoutent du raisin ou des cacahouètes. Elle est ensuite roulées et refermée avant d’être cuite au barbecue. Durant la cuisson, la feuille de bananier parfume légèrement le riz et le fruit. Cet encas se déguste tiède. Parfois, j’en fait même mon petit déjeuner, accompagné d’un jus de fruit frais.

 

4 – Les « dragon ball » en sauce coco

Ce snack sucré me semble très populaire à Bangkok car on en trouve un peu partout.  Il s’agit de petites boules gluantes roses  mises dans du lait de coco sucré et frais. Pour être honnête, je ne suis pas certaine de ce que sont les ces petites boules. Je pencherai pour des fruits confits. En tout cas, il faut aimer les consistances moelleuses et gluantes. Pour ma part, j’en raffole mais je sais que ce n’est pas le cas ce n’est pas le cas de tout le monde. Pour vous donner un élément de comparaison, la consistance est semblable à celle des mochis et les « boules coco » vendues sans les restaurants chinois et vietnamiens (sans la garniture). Si vous aimez ces desserts, foncez ! Dans le cas contraire passée votre chemin. C’est un dessert très rafraîchissant, parfait pour les températures de Thaïlande.

 

5 –  Les glaces fraîches à la noix de coco

Un dessert très simple mais léger et rafraichissant. Le lait de coco est refroidit pour être transformé en sorbet. Généralement, on ajoute au mélange des cacahuètes et d’autre petits « bonbons » roses légèrement sucrés. Pour être honnête, je ne sais pas ce que sont les petits bonbons roses mais cela se marie bien avec la glace et relève son gout très léger.

 

Les snacks thaïlandais que je vous ai présentés sont mes favoris et je que conseille de gouter en premier. Mais il reste encore beaucoup de plats à présenter comme les épis de maïs grillés ou les crèmes de coco en feuille de bananier. Je vous conseille de rester curieux et de ne pas hésiter à goûter ce qui vous attire. Vous noterez certainement que les conditions sanitaires ne sont pas comparables à celles en France. Cependant rassurerez vous et n’hésitez pas à tester car il est rare de tomber malade. La majorité de ces stands travaillent à flux tendus, avec des produits très frais. Je mange régulièrement dans ces petits « bouiboui » et je ne m’en plains pas 😉

Quel sont les snacks Thaïlandais que vous connaissez et ceux qui attirent votre curiosité ?

D’autres articles gourmands

Crédit photo : pour la photo des rôtis, j’ai utilisé une photo du site Thebigmangolife et pour pour la photo de la glace fraîche à la coco j’ai utilisé unedu site Money tickets passeport.

,

Visiter Garachico

Plouf dans les piscines naturelles de Garachico début Octobre

Depuis quelque semaines, je traine un sale rhume qui s’est désormais transformé en sinusite. Entre le nez qui se prend pour une fontaine, les quantités de mouchoirs utilisés et les extinctions de voix, je n’étais pas au meilleur de ma forme.  Mais je suis en nette amélioration depuis hier. Et j’ai eu envie de profiter du beau ciel bleu pour aller passer une après-midi à Garachico. D’habitude je m’y baigne mais là, j’ai préféré rester au sec. Je parle souvent de ce beau village canarien mais je n’ai jamais dédié un article entier à cet endroit. Aujourd’hui, j’avais envie de le faire et vous partager quelque clichés que j’y ai pris.

L’intérêt de Garachico

Pendant longtemps, ce petit village isolé à la pointe Nord-Puest de l’île fut  le port de l’île le plus important. C’est assez difficile à croire lorsque l’on emprunte la route vertigineuse qui y descend. Ce fut c’était bien le cas jusqu’en 1706 où l’éruption de l’un des volcans (le pico Viejo) détruisit la majorité de la ville.

Aujourd’hui, c’est Santa Cruz de Tenerife qui est devenu le port principal principal de l’île. Garachico est devenu un endroit touristique et culturel. Il connu pour être un joli village typique où l’architecture a été préservée : balcons en bois, maisons à patio.

Mais c’est aussi est LE village aux  piscines naturelles. (cf article sur les piscines naturelles ). Les piscines naturelles ont été formées lorsque la lave en fusion est rentrée dans l’eau et s’est solidifiée. La commune a conservé ce bijoux naturel et a rendu sont accès possible en conduisant des passerelles, quelque escaliers et en bétonnant des passages.

Le centre-ville est petit mais très joli. J’aime me balader dans ces rues pavées et étroites. On lève le nez pour apercevoir les balcons en bois ciselés et ornés de plantes. De grandes maisons avec des patios ont été retapées pour devenir des restaurants ou des hôtels. Garachico est aussi dynamique culturellement parlant et y il a souvent des festivals culturels organisés en plus des fêtes religieuses : festival du cirque, semaine gastronomique, weekend avec des concerts dans plusieurs adresses de la ville.

J’aime le contraste qu’il y a entre la place principale paisible, agrémentée d’un kiosque et de quelque cafés et les abords de l’océan en effervescence. Lorsque le temps permet de se baigner, nous sommes nombreux à investir les piscines naturelles et ses abords. On nage, on saute, ou on paresse au soleil.

Les bonnes adresses de Garachico

Pour les bouches sucrées, il y a une super adresse qui fait face à l’océan et aux piscines naturelles : le pâtissier. La terrasse du restaurant est abritée dans le patio d’une belle demeure. Lorsqu’il fait chaud, c’est agréable de se réfugier dans ce petit havre de paix décoré avec goût. Il y font des gâteaux excellents. Si vous voulez découvrir une spécialité Canarienne, je vous conseille de goûter le « tres leches ». Un gâteau imbibé de lait,  de lait concentré et de lait concentré sucré agrémenté d’amandes effilés. Leur cheesecakes sont aussi très bons.

Le Miramar est un tout petit restaurant perché en hauteur et faisant face aux piscines naturelles. C’est une très bonne adresse pour manger simplement à prix raisonnable et l’endroit parfait pour profiter de la vue sur l’océan. Vous pouvez choisir entre les menus assez copieux ou les plats à la carte. Si vous aimez la paëlla, je vous la conseille. Le service est agréable et efficace.

Pour ceux qui ont envie de ramener quelque cadeaux, Garachico a plusieurs boutiques de souvenirs plus ou moins artisanaux. L’adresse la plus connue étant la Casa de Los Balcones qui se trouve à côté du restaurant Le Pâtissier. Clairement, c’est une boutique de souvenirs avec des produits qui deviennent de plus en plus kitsch. Je vous conseille néanmoins d’entrer pour voir la jolie architecture de la pièce. Vous pourrez peut-être trouver petits trucs sympa.

 

 

Découvrez Tenerife

,

Fatche, le nouveau festival des Vans du 4 au 6 août 2017

Le 4, 5 et 6 août 2017, le village de Les Vans va devenir le terrain de jeux d’un nouveau festival : Fatche. A l’origine de ce projet, la mort d’un festival de référence en Ardèche : Ard’Afrique. Nous laissant orphelin d’un beau moment de partage et de culture. C’était sans compter sur l’envie et la détermination d’une bande de potes ardéchois. Ils ont des parcours différents mais une envie commune, celle de proposer un nouveau festival de qualité en Ardèche méridionale. Après deux ans de préparation et de réflexion, Fatche débute dans quatre jours.

Rencontre avec Théo Desvignes, membre de l’association Des Nuées d’Arts

 

Présente-nous l’association Des Nuées d’Arts :

Nous sommes un groupe d’amis d’enfance, ayant grandit avec le Festival de la Pleine Lune (Payzac) et Ard’Afrique (Les Vans). Malheureusement, ces deux festivals se sont arrêtés. Nous avions entendu dire que les organisateurs du second festival cherchaient des jeunes pour reprendre le flambeau. La graine était plantée. Elle a germée durant un an avant que nous décidions de créer nôtre association : Des Nuées d’Arts. En juillet 2016, nous avons lancée notre soirée de présentation du festival Fatche.

Qu’est ce que le festival Fatche ?

C’est un festival pluridisciplinaire. L’idée était d’organiser un événement dans le même esprit musical que la Pleine Lune dont la programmation était hétéroclite. Mais également de conserver le côté village associatif de Ard’Afrique. C’est ainsi que nous proposons autant des groupes de musiques variés que des activités créatives et sportives : expositions, théâtre, fresque géante, réalisation de bombes à fleurs mais aussi slacklines, escalade et danse africaine.

Pourquoi l’appeler Fatche ?

D’après le dictionnaire, « fatche » est une interjection utilisée dans le Sud de la France pour exprimer l’étonnement. En Ardèche, on l’utilise beaucoup pour mettre l’accent sur ce que l’on dit. Ce mot rappelle le Sud, le soleil et surtout, il reste bien en tête. C’était parfait pour le festival que nous avions imaginé.

 

Comment avez-vous préparé la programmation ?

Un des membres de l’association travaille dans le monde du spectacle. Il les a donc parlé du projet autour de lui. Cela nous a permis de recevoir beaucoup de candidatures intéressantes. Nous donnant le possibilité de proposer une sélection de qualité.

Trois mots pour donner envie aux gens de venir ?

  • Ardèche : nous sommes des enfants du pays et nous voulions proposer un événement qui mettait les acteurs locaux en avant. C’est pourquoi tous les groupes de musiques viennent de Rhône-Alpes, les animations sont majoritairement proposées par des groupes et des associations faisant partie le l’Ardèche méridionale. Côté buvette, nous avons mis un point d’honneur à proposer des choses simples mais de qualité et toujours du coin.
  • Dansant : Ca va groover ! La danse sera au rendez-vous car tous les groupes proposent de la musique dansante. Samedi après-midi, il y aura aussi une initiation à la danse africaine avec Kalongo Solidarités.
  • Familial : c’est avec nos références que nous avons voulu créer un festival à l’image de ce qu’on avait eu la chance de vivre étant plus jeune. Nous voulions que l’Ardèche reste un lieu de culture et de partage. Nous avons mis un point d’honneur à proposer des choses pour les petits comme pour les grands, ado compris.

Le festival Fatche 2017 en clair

Dates : du vendredi 4 août au dimanche 6 aout 2017 – Deux jours et demi de festivités

Tarifs : Fatche est gratuit pour les moins de 12 ans.
Pass trois jours à 40€ (tarifs réduits proposés) ou tarif à la journée vendredi 18€, samedi 20€ et dimanche 10€ (tarifs réduits proposés)

Où acheter ses billets : sur digitik.com, sur place ou voir la liste des autres points de vente

Si vous souhaitez obtenir toute la programmation du festival ardéchois, c’est par ici

 

 

,

Guide de survie au camping ou comment camper comme une princesse

Je suis rentrée de vacances ! Et vous savez quoi ? Je suis partie en camping pour la première fois de ma vie. J’avais zéro expérience en terme de douches communes, d’organisation de nourriture sans frigo, de cohabitation avec les insectes mais surtout LE CONFORT a toujours été très important pour moi. Alors le camping, ça m’avait jamais branché. Et bien vous savez quoi ?

J’ai ADORÉ le camping.

Et oui, quand certain ont une révélation pour les hôtels *****, j’ai eu une révélation pour le camping et je vais vous dire pourquoi.

Les avantages du camping

  • Vivre dehors.
    A moins d’avoir un emploi qui s’y prête, la majorité d’entre nous passe le plus clair de son temps enfermée. Même lorsqu’on vit à la campagne ou au bord de la mer. Le camping, c’est l’occasion d’être dehors, prendre l’air pour de vrai.
  • La liberté. A moins de débarquer en plein weekend du 14 juillet, les campings ont généralement de la place pour un emplacement tente. Si la météo ou votre programme évolue il est facile d’adapter son séjour à vos envies. Cette flexibilité est tellement rare de nos jours.
  • La déconnection. Bien que le wifi soit désormais fourni dans la majorité des campings et lieux de consommation, camper, c’est l’occasion idéale de ralentir vôtre contact avec la technologie connectée. J’ai profité de ces deux semaines pour réduire ma consommation et ça m’a fait un bien fou. J’étais plus concentrée sur le moment présent plutôt que de prendre tout en photo pour partager mon expérience avec les autres.

Le camping, ça peut être vraiment chouette ou tourner à l’horreur. L’objectif de cet article est de vous donner des idées et des conseils pour avoir une bonne expérience et passer de super vacances.

photo de murattuncerrr

 

Définir ses envies et choisir le camping qui fait rêver

Depuis une décennie le camping a beaucoup évolué (merci la technologie). Désormais, les camping ***** sont très bien équipés : piscines, salle de bien-être, club pour enfant, discothèque… le paradigme du camping s’est étendu. Certains campeurs sont de vrais pro avec camping-car ou tentes super design et tout l’équipement Hi-Tech. Alors que d’autres sont plus à l’ancienne : petite tente et réchaud.

Si autrefois camper signifiait sacrifier le confort, il est désormais possible de se créer un petit nid douillet. Pour choisir l’expérience camping que vous souhaitez (simple/confortable/glamping) établissez une liste de vos critères prenant en compte le prix, le niveau de confort (sommeil, cohabitation avec les autres, nourriture) et les services indispensables du camping (qualité des sanitaires, piscine, salle de sport). Cela vous aidera à sélectionner votre équipement, la destination et le camping (plus il y a d’étoiles et plus vous aurez de services).

crédit : camping_photo_yuto

 

Les essentiels du camping

Règle n° 1 – Décathlon est vôtre meilleur ami

Règle n°2 – N’hésitez pas à emprunter du matériel à vos proches ou bien louer.

Le matériel de camping

La tente : Une tente pour dormir et une autre pour conserver vos affaires : les deux secondes ou trois secondes de Décathlon sont top. Si vous avez envie d’investir un peu plus, optez pour la nouvelle Quechua « Fresh and Black ». Elle fonctionne très bien : garde tout au frais et vous permet de faire la grasse mat’ car elle reste noire à l’intérieur.

Un réchaud : Je vous conseiller d’opter pour le réchaud un peu évolué. Le modèle que j’utilisais tient dans une malette noire qui vous sera utile pour faire une base stable. Plus la base est large et plus le réchaud sera stable. N’oubliez pas les cartouches de gaz pour ne pas tomber en panne.

Des caisses en plastique qui ferment pour organiser ses affaires. Je vous déconseille de prendre cet achat à la légère. Les caisses sont faciles à ranger et à stocker mais en plus, elles feront office de table basse. Et surtout, elles protègeront la nourriture et vos ustensiles des animaux et des insectes.

Des matelas gonflables, des oreillers et des duvets : On oubli tout de suite le tapis de sol de 1cm d’épaisseur. Le secret de la réussite d’un séjour camping est la qualité du sommeil. C’est là qu’il faut mettre le paquet. Désormais, les matelas gonflables de bonnes qualités se trouvent facilement et non, ils ne se dégonflent pas durant la nuit. Surtout, n’oubliez pas de prendre un vrai oreiller et un duvet. Si vous partez à la montagne, pensez bien qu’il fait frais en altitude dès que le jour se termine.

Un ou deux plaids pour mettre par terre. Rien de mieux pour vous installer confortablement qu’un petit plaid. Vous pourrez vous asseoir ou vous allonger par terre dans vous salir. Vous pouvez aussi investir dans des chaises.

Casserole et couverts : si vous avez envie de cuisiner, prenez ce qu’il faut. Quechua vend un kit convertible. Casseroles, poêles, plats, ustensiles de cuisine, un Opinel*, couverts, assiettes, ouvre-boîtes ciseaux, briquets allumettes, décapsuleur, sacs poubelle, éponge, produit vaisselle, 2 ou 3 torchons…

Une corde et des pinces à linge : Cela vous servira à étendre vos serviette et éviter quelles sentent mauvais. Et puis si vous avez envie de faire une machine, ca vous servira. Dans certaines régions, on conseille de mettre la nourriture en hauteur.

Une rallonge : en camping, les bornes électriques ne sont pas au milieux de l’emplacement mais en bordure. Une rallonge de quelques mètres et une multi-prises * vous permettront de brancher en toute facilité vos appareils.

Lampe de poche ou frontale pour avoir de la lumière le soir profiter de vos soirées.  Je vous conseille aussi de prendre une petite lanterne avec un minimum de 100 lumens pour y voir.

Kit anti-nuisance : boules quiès, masque pour les yeux, anti-moustique.

Trousse à pharmacie de secours pour les petits bobos !

crédit : murattuncerrr

Bien manger en camping

L’autre critère fatidique de vôtre expérience sera la qualité de vos repas. « Car bien manger, c’est le début du bonheur… » C’était le point qui m’inquiétait le plus car n’ayant pas de glacière électrique les produits frais étaient compromis. Au départ, je n’avais pas d’idées de plats. Je vous conseille de vous concentrez sur les produits secs et faciles à conserver lorsque vous ferez vos préparatifs et de gérer la primeur une fois sur place (repérez les marchés et les magasins).

La bonne nouvelle, c’est que le saucisson se conserve très bien. Là, vous avez l’excuse parfaite pour vous faire des apéros saucissons.

Apéro camping 

  • Saucisson
  • Petits pots de tartinades (hummus, tapenade, tomates séchée)
  • Toast/petits grillés
  • Amandes, noix, etc
  • Pâté
  • Olives en pot

Les féculents

  • Riz
  • Pâtes
  • Semoule

Les conserves –  si vous n’êtes pas fans des conserves, privilégiez la qualité au prix bas, vous verrez la différence.

  • Lentilles cuisinées ou non cuisinées
  • Maïs
  • Cœur de palmier
  • Maquerau à la moutarde
  • Sauce tomate/bolognaises /pesto
  • Ravioli
  • Ratatouille et légumes du soleil

Petit-dèj :

  • Petits grillé
  • Pain frais ( à aller chercher le matin-
  • Petits pots de confiture
  • Thé et café lyophilisé
  • Briquette de jus de fruits
  • Pompot’
  • Avoine
  • Briquette de lait
  • Oeufs

Condiments : Huile d’olive, vinaigre, sel, poivre et quelques épices, cube de bouillon cube

 

Quelques idées de recettes pour le camping

  • Taboulé
  • Salade composée
  • Pates à la sauce tomates
  • Riz au maquereau à la moutarde
  • Omelette
  • Melon/jambon cru
  • Banane – chocolat
  • Plateau de charcuteries

 

 

Les petits plus pour faire de vôtre emplacement un campement de sultan

Crédit : guerelsahinpictures

C’est bon, vous avez tout ? Voici des idées en bonus !

Les petits  +  presque indispensables

Les petits  +  confort

 

Et les vêtements alors ?!

Je ne suis pas spécialiste mode mais je peux vous donner des pistes. Honnêtement, j’ai passé pas mal de temps pour faire ma valise. Je voulais que mes affaires (chaussures exclues) entrent dans une valise cabine mais je ne voulais pas avoir à faire trop de lessive. Bref, c’était un peu mission impossible. Mes vacances étaient orientées sport donc ce n’est pas certain que vous aurez les même critères mais j’espère que mes conseils vous permettront de gagner du temps.

L’astuce, est de privilégier les matières fines et légères pour gagner de la place. Et c’est ici que je fais la promotion du polyester qui est léger et ne se froisse pas. Le mérinos, c’est le top (notamment ceux de la marque Icebreaker) l mais c’est pas le même budget. J’ai ensuite tout organisé dans des pochettes. C’est un habitude que j’ai prise en voyageant et j’ai vraiment trouvé que c’était très pratique de faire ça en camping.

  • 2 pantalons légers pour faire de la randonnée
  • 1 jupe short mignonne et 1 plus sportive
  • 8 débardeurs
  • 2 petits hauts
  • 2 robes
  • 1 polaire
  • Un soft shell et un imperméable
  • Casquette, lunettes
  • 1 paire de baskets de sport/randonnée
  • 1 paire de tongs
  • 1 paire de scandales
  • Sous-vêtements / jours.
  • 1 paire de chaussettes de ski pour tenir chaud
  • 1 serviette de toilette fine (rapide à sécher)
  • 1 paréo
  • 1 pyjama

Dans ma trousse de toilette : Shampoing, gel douche, cotton-tige, baume à lèvre, crème de jour, crème solaire, brosse à dent et dentifrice, anti-moustique, brosse à cheveux, lait pour le corps, baume pour les cheveux et du papier toilette.  J’avais aussi emporté mon mascara, un rouge à lèvre, mon démaquillant et un petit échantillon de parfum. En parlant d’échantillon, je n’avais pris que ça (merci Birchbox) et j’en ai eu assez pour deux semaines. Si vous pensez faire quelques lessives, je vous conseille de prendre la lessive »Génie , gel express à la main »qui fonctionne bien et sent super bon.

Et vous, quels sont vos essentiels en camping ? Des conseils pour les futures campeuses ?

* Cet article propose des liens affiliés vers Amazon. C’est à dire que si vous utiliser les liens de cet article pour acheter l’une des mes recommandations, je toucherai une petite commission. Le prix d’achat n’est pas plus élevé. Merci de vôtre soutient.

 

,

Des vacances de rêve à Tenerife

C’est les vacances  ! Vous cherchez une destination dépaysante et pas trop chère.

Pourquoi pas Tenerife ?

Bonne nouvelle ! Je vous ai préparé un petit guide pour passer de super vacances.

Quand je parle aux français de Tenerife, la majorité voit en cette destination un Ibiza bis ou bien la côte d’Azur version cheap. Il est vrai que le sud de l’île est très construit, bondé d’hôtels all-inclusive.

C’est dans cette partie – généralement la plus connue – que les vacanciers sont sur-sollicités (pour ne pas dire agressés) par de grandes publicités les encourageants à faire des activités comme visiter le zoo, aller au parc aquatique, partir en observation de cétacés sur des bateaux bondés, faire du jet ski et j’en passe. Je n’ai rien contre ce type d’activités mais je comprend que certaines personnes ont envie d’autre choses. Pendant des décennies, Tenerife a axé sa politique de développement touristique sur le tout-inclus se construisant ainsi une réputation à la hauteur…

Or, l’une des conséquences positives de cette politique est qu’une bonne partie de l’île a conservée son authenticité et n’est pas touristique du tout. Comme l’accès à l’information n’est pas évidente et qu’il faut être assez dynamique et aventurier.

La première année que j’y suis venue en vacances, j’ai dû découvrir 8% de ce que cette destination a à offrir. A cette époque, on avait choisi de partir à Tenerife car le prix des billets était bas. On avait acheté le guide du Petit Futé sur Tenerife et réservé quelque nuits dans des auberges de jeunesse via Hostel World. Sur place, on avait loué une voiture et était partis à l’aventure, au feeling. On avait adoré.

Maintenant que je vis sur place, je me rend compte de tout ce que j’aurai pu faire dés la première fois. Alors voici mes conseils, les endroits et activités que je fais découvrir à mes proches lorsqu’ils viennent. Bien entendu, je ne peux pas tout présenter, ce sera donc des morceaux choisis.

Comment se rendre à Tenerife à petits prix

Un récapitulatifs sur mon article dédié : S’envoler pour Tenerife

Comme cette destination devient de plus en plus populaire, il est désormais relativement facile de réserver un vol pour Tenerife. Durant l’été, certaines compagnies aériennes comme Ryanair, EasyJet et Voleta ouvrent même des lignes directes. L’île a deux aéroports : l’aéroport Tenerife Nord et l’aéroport Tenerife Sud (facile à retenir). Vous pouvez retrouver une liste (non exhaustive) des lignes low cost dans mon précédent article. Je vous conseille aussi d’aller faire un tour sur les site de promo vacances tel que « last minute pour Tenerife » et « vente privée pour Tenerife » qui proposent parfois des voyages tout inclus à des prix défiant toute concurrence rien ne vous oblige à rester cloitré dans l’hôtel une fois sur place. Bien entendu opter pour une location de vacances, dormir chez l’habitant ou alors dans des auberge de jeunesse restent de meilleures options si vous recherchez une expérience authentique.

4 lieux incontournables sur Tenerife

Bien que l’île soit petite, il y énormément de choses à faire. Trop pour un seul article ! Je vais donc me concentrer sur les 4 lieux de Tenerife qui sont pour moi incontournables. Ces lieux ont le plus de succès auprès des personnes qui sont venues me rendre visite, tout profil confondu.

Le Teide, un beau volcan

On peut dire que les îles Canaries sont le fruits des entrailles de la terre. Sans rentrer dans les détails, l’archipel se trouve sur une fracture de deux plaques et lorsque ces dernières ont bougées (il y a des millions d’années) et ont fissuré la lithosphère, des volcans se sont formés. Si l’on regarde un schéma en coupe des îles, on constate en effet que se sont des volcans géants en grande partie immergés. Avec une altitude de 3700m, le parc national du Teide est le toit de l’Espagne. Ce volcan toujours actif est au centre de Tenerife. Il est possible d’y accéder par plusieurs route avant d’y parvenir vous traverserez la couronne de pins la plus grande d’Europe pour déboucher sur des champs de laves aux couleurs allant du vert au violet en passant par l’ocre (la caldeira). Il est possible de se rendre au presque sommet en randonnée (compter 5 à 6 heure d’ascension tranquille) ou en téléphérique (quelque minutes). En revanche,  vous devez demander un permis plusieurs mois à l’avance pour aller au sommet.

Pour réserver vôtre permis

Réserver le téléphérique

Garachico et ses piscines naturelle

Autrefois Garachico était le port de l’île le plus important mais la ville fut presque entièrement détruite en 1706 suite à l’éruption de l’un des volcans (le pico Viejo). Aujourd’hui, c’est un joli village qui a réussi à préserver son architecture : balcons en bois, maisons à patio. C’est aussi là que se trouvent les piscines naturelles dont je vous avais parlées dans mon article sur les piscines naturelles . Pour les gourmands, il y a une super adresse en face des piscines naturelles : le pâtissier. La terrasse du restaurant est abritée dans le patio d’une belle demeure. Il y font des gâteaux excellents.

La pointe Nord Est : le massif d’Anaga et la plage de Benijo 

Anaga est un massif volcanique en hauteur dont la végétation est restée presque intacte depuis la préhistoire. Vous pouvez randonner dans la forêt primaire pour y découvrir cette végétation particulière. Je vous conseille de vous arrêter au Mirador Cruz del Carmen où plusieurs randonnées débutent. Les routes sont escarpées et offrent des vues à couper le souffle. Je vous conseille de vous diriger ensuite vers Benijo l’une des plages les plus belles de l’île. Le sable noir est d’une finesse incroyable (ça fait tout doux sous les pieds), le bleu de l’océan est clair bref, ça ressemble au peu au paradis. Attention aux coups de soleil ! Vous verrez qu’ici les paysages évoluent pour ressembler à ceux de l’île de la Réunion. J’adore me rendre dans cette partie de l’île qui est verdoyante et riche en diversité.

Masca, le village enclavé et départ d’une randonnée magnifique :

Le parc naturel du massif du Teno se trouve à l’ouest de Tenerife et est peu développé car très accidenté. Il y a quantité de randonnées à effectuer dont la plus connu est celle de Masca.

Masca est un petit village niché dans le massif, comme posé en équilibre entre deux gorges profondes. Difficile d’accès, vous devrez emprunter une route escarpée faites de virages en épingle pour découvrir ce village canarien pittoresque. Prenez vôtre temps durant le trajet pour admirer la végétation luxuriante. Il y a quelques boutiques et de bonne adresses pour manger, j’aime beaucoup La Pierda dont la grande terrasse offre une vue panoramique.

Si vous avez envie de faire une belle randonnée, je vous conseille de descendre le canyon de Masca pour rejoindre l’océan. La descente prend environ 3h de marche, vous arriverez dans une crique digne de Pirates des Caraïbes. Si vous adorer marcher, vous pouvez partir en sens inverse mais la majorité des personnes prennent le bateau qui rejoint Los Gigantes. Vous l’aurez compris, les navettes en bateau ne vous emmènent pas au point de départ. Si vous effectuez cette randonnée sans guide (ce qui est tout à fait possible), il vous suffit de prendre un taxi (40 minutes) ou un bus (1h environ. Prendre le bus 461 jusqu’à Santiago del Teide puis prenez le 355) pour rejoindre Masca.

Conseils pour faire la descente du canyon de Masca : pour la randonnée, prévoyez un couvre-chef, des lunettes, de la crème solaire, à manger et 2L d’eau par personne. Vous devez également acheter votre billet pour le bateau avant de vous lancer. Le café à côté du parking les vend (il n’y a qu’un parking à l’entrée de village). N’oubliez pas le maillot de bain car vous serez heureux de vous baigner en arrivant à la fin du canyon.

4 activités à faire à Tenerife

De la plongée :

Si vous êtes plongeurs vous le savez déjà : les fonds marins de Tenerife sont très jolis et n’y a pas besoin d’aller en profondeur pour en prendre plein les yeux. Il faut ajouter à cela que Tenerife est l’un des endroits où cette activité est la moins chère.

Si vous êtes débutant, c’est l’occasion idéale de vous lancer. L’année dernière, j’ai fait un baptême de plongée et ça a été une super expérience. A l’époque, j’avais choisi de le faire avec un moniteur écossais qui tient un bureau à El Médano. C’était avant de savoir qu’il y avait des français diplômés pas loin : Cléo et Sam. C’est Ben (mon conjoint) qui a rencontré Cléo lors d’une sortie plongée. Cléo l’a bien encadrée et lui a fait découvrir de nouveaux paysages sous-marins :  tunnels de lave, orges basaltiques, arches, grottes. Depuis, tous nos proches qui ont voulu essayer la plongée se sont formés chez eux et ont été ravis. Et gros avantage, le couple développe une agence d’excursion, ils vous peuvent donc vous organiser un séjour sur-mesure en respectant vôtre budget.

Vous pouvez en apprendre d’avantage sur mon expérience de plongée à Tenerife.

Les contacter : WhatNextAdventures

Observation de cétacés :

Les dauphins au large de Tenerife

Je vous en parlais dans un précédent article : observer et écouter les cétacés à Tenerife, Tenerife est l’un des rares endroit au monde où les cétacés comme les baleines pilotes et les dauphins restent toute l’année. Vous pouvez donc venir à n’importe quel moment de l’année, vous pourrez observer ces cétacés . Le problème se situe surtout au niveau du choix de l’entreprise. Après en avoir essayer plusieurs en passant du catamaran surchargé avec plus de 100 personnes au hors-bord de 10 passagers, je vous conseille la deuxième option. Si vous avez toujours rêver de voir ces beaux cétacés dans leur espace naturels, choisissez Atlantic Eco Experience. C’est plus cher que les autres sorties mais les sorties sont encadrées par un biologiste et le bateau est équipé de micros pour écouter les baleines chanter. Je vous en dis plus dans cet article : observer et écouter les cétacés.

Faire du Canyoning :

Envie d’adrénaline ? Le canyoning est l’activité parfaite pour se dépasser et passer un super moment en couple ou en groupe. C’est aussi l’occasion idéale d’aller dans des endroit de l’île peu fréquentée. J’ai déjà consacré tout un article à cette activité donc je vais vous résumer l’information : il y a des canyons secs des canyons aquatiques. Pour ma part, j’ai testé celui de Los Carrizales et celui de Las Cascadas. Ils sont tous les deux magnifiques, ludiques et différents.  Il n’est pas nécessaire d’avoir de l’expérience mais il faut être en forme physique, c’est à dire être capable de fournir un effort pendant 4 à 5h, car une fois qu’on entre dans le canyon, il faut aller jusqu’au bout. Ici aussi, vous pouvez être encadré par un français (diplômé d’état en canyoning).

Mon précédent article  : Canyoning à Tenerife.

Le site de Canyon Tenerife

Faire du parapente :

Ahlala, le parapente ! Pour moi, tous les lieux sont propices au parapente mais je dois avouer que Tenerife est un très bel endroit que ce soit vôtre première fois ou non. Ce que j’aime particulièrement ici est que l’on se rend compte que l’on est vraiment sur une île depuis tout « là haut ». et puis généralement, vous faites un petit tour au dessus de l’océan avant d’atterrir sur la plage. La classe quand même ! Bien entendu, c’est une activité qui dépend énormément de la météo et la durée de vol ainsi que sa nature varie. Cependant, si vous volez en fin de journée, vous avez droit à un coucher de soleil depuis vôtre sellette et ça, ça n’a pas de prix.

Ici aussi, pas facile de choisir l’entreprise car il y en a beaucoup. Cette fois-ci, je vous recommande une entreprise canarienne : Happy Fly Tenerife. C’est l’entreprise où j’ai reçu ma formation en parapente. J’ai fais de nombreux bi-place avec Amando et je connais son attachement à la qualité et à la sécurité.

Voilà, c’est tout pour cette fois ! Il reste encore de nombreuses choses à dire sur Tenerife. Bien que petite, cette île est très diversifiée. J’espère que cet article vous sera utile pour préparer vôtre séjour. N’hésitez pas à partager vos coups de coeurs !