,

3 films latino-américains à découvrir

Le hasard fait souvent bien les choses et vous mène vers des films, des musiques et personnes en lien. C’est ainsi que ces deux derniers mois ont été riches en découvertes et notamment du côté de la culture latino-américaine.

Si je sais que la culture latine est riche et prolixe. J’en ai pourtant une connaissance infime. En réalité, je n’avais jamais eu l’occasion de me pencher sur le sujet à part les quelques classiques de films latinos que tout le monde connait.

 

Et bien, je voulais partager avec vous trois films que j’ai particulièrement aimés. En espérant que ce seront de jolies découvertes pour vous aussi.

3 films latino-américains à découvrir

 

Les neufs reines – de Bielinsky

Synopsis : Les chemins de Marcos et Juan, se croisent à Buenos Aires. Ils sont tous les deux arnaqueurs. Marcos, plus expérimenté, propose à Juan de le prendre sous son aile après l’avoir tiré d’un mauvais pas. C’est alors que Sandler, un ancien associé de Marcos l’appelle car il veut vendre la copie d’une planche de timbres très rares : les neufs reines. Un millionnaire est la cible, Gandolfo. Celui-ci réside justement dans l’hôtel de luxe où la sœur de Marcos travaille. Elle accepte tant bien que mal à les aider pour encaisser une partie de la vente : 450 000 dollars.

Ce film est l’un des meilleurs dans le genre que je n’ai jamais vu.

Polar sans violence, on sait dès le départ qu’il y a anguille sous roche, mais où ? Si comme moi, vous adorez essayer de deviner la fin du film, faire des pronostics et essayer de démêler le vrai du faux… Vous allez vous régaler et vous faire mener en bateau. Ce film est jouissif aussi bien dans la trame de l’histoire que dans les dialogues.

Je crois que Bielinsky en a bien profité faire l’apologie du système D et de la fraude dans un pays où la vie est dure.

 

 

Les nouveaux sauvages (relatos salvages) de Szifron

Synopsis : Six court-métrages s’enchainent pour peindre un tableau acide de l’Argentine actuelle. La première histoire se déroule dans un avion. La seconde dans un restaurant. Les suivantes prennent lieux en ville, sur une route au milieu de la nature, à un mariage, etc. Ils parlent tous de la même chose : qu’est ce qu’il se passe lorsqu’on pète les plombs ?

 

Ce film est un bijou ou plutôt un grenade.

Je crois que je n’avais encore jamais vu un film pareil. Aussi bien sur la construction : c’est assez rare de voir un film composé de court-métrages. Généralement, on va à des séances de courts-métrages mais je ne connaissais pas le concept d’en faire un film.

Et puis le sujet : péter les plombs. On sait tous qu’il y a une ligne à ne pas franchir, celle où l’on va trop loin pour nos conventions. Où il n’est pas possible de revenir. Où nos actes deviendront indélébiles, pour le meilleur et pour le pire.

On a tous lu les journaux sur une histoire (quelle qu’elle soit) en se disant : mais ce n’est pas possible. Comment ont-ils pu en arriver là ?

Et bien ce film parle de cette ligne, Damián Szifrón réussi à capturer ces moments. Il décortique les phases qui mènent des personnes lambda à franchir cette limite et c’est complètement jubilatoire, horrible et en même temps fascinant. Tout ça en même temps.

 

Ouvre les yeux – de Amenabar

Synopsis : César a 25 ans, il est riche, beau gosse et orphelin. Il voit sa vie basculer pour se retrouver dans une unité psychiatrique carcérale. Il est accusé de meurtre. Aidé par son psychiatre, il essaye de reconstituer les circonstances du drame. Mais son récit est confus. La réalité et l’imaginaire s’emmêlent faisant douter César. Est-ce un complot ? Est-il fou ?

 

Ouvre les yeux est en réalité le film d’origine de Vanilla Sky et ce n’est pas rien. Je savais que le film de Tom Cruise était tiré d’un autre mais je ne pensais pas qu’ils en avaient fait un copié-collé exact. Pénélope Cruz joue d’ailleurs le même rôle dans les deux films. J’ai un peu hésité à mettre ce film car en en réalité il a été réalisé en Espagne, mais vu que le réalisateur est d’origine chilienne et que je trouve que cette version intéressante, et plus authentique visuellement que Vanilla Sky, je me suis dit que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

Alors, il y a plein d’autres films que j’ai envie de voir et je vous recommande la sélection de Sens Critique.

Aussi, je suis tombée sur les affiches du festival de films latinos de San Diego. Elles sont magnifiques, vous ne trouvez pas ? J’ai découvert de nombreux films à découvrir aussi !

 

Quels sont vos films latinos préférés ?

 

D’autres articles culturels

,

3 films anti-déprime

La saison des fêtes a débuté ! Ca y est, les rues se parent de leurs petites lumières. C’est joliiii ! A El Médano, le budget déco doit être un peu serré car la majorité des guirlandes ont un style très années 80. Ca donne un style plutôt étonnant à première vue mais finalement j’aime bien. C’est très coloré, en décalage complet par rapport à ce que l’on voit en France.

Si j’aime cette période, j’ai toujours une petite baisse de régime en novembre. Quand je vivais en France, j’étais persuadée que c’était dû au froid et aux microbes contre lequel mon corps devait se battre. Mais vivre à Tenerife où il fait beau et chaud à cette période n’a pas vraiment changé les choses. Je tombe malade presque aussi souvent qu’en France et il m’arrive parfois d’avoir le moral en berne.

L’un de mes remèdes favoris est une petite couette, une gourmandise et l’un de mes films anti-déprime. Ce ne sont pas des films très intellectuels et je ne peux pas dire que je me vante de les regarder mais quand il s’agit de faire remonter la dopamine, ils font le job.

Je vous dévoile le trio des films qui va vous remonter le moral.

 

La revanche d’une blonde

Synopsis : Elle Woods, est une blonde canon et très rigolote. Elle se fait larguer par son boyfriend alors qu’elle pensait recevoir une bague de fiançailles rapidement. Trop blonde et trop nunuche au gout de ce jeune premier qui entre à Harvard. Décidée à le récupérer, elle se s’inscrit à l’université la plus réputée des Etats-Unis.

Je regarde ce film depuis que je suis au Lycée et je l’adore toujours autant. Voire de plus en plus. Au Lycée, je le regardais beaucoup quand je préparais le bac. J’adorai voir Elle Woods bosser comme une dingue et réussir ses examens.

Au fil des années, ma compréhension a évolué et si ce film semble niais à première vue, c’est tout le contraire. En réalité, c’est un vrai pied de nez aux préjugés sur les apparences. Le film utilise tous les codes pour nunuche : une histoire à prioris très simple, de beaux acteurs et une histoire de meurtre. Le rose et les paillettes sont utilisés en quantité industrielle. Mais presque chaque scène dénonce des problèmes quotidiens auxquels les femmes sont confrontées.

Good Morning England

 

Synopsis : Dans les années 60, le rock déferle sur le monde mais reste interdit dans pas mal de pays européens. Alors, des bateaux équipés de radio émettent depuis les eaux internationales. On suit le quotidien d’une de ces radios pirates. Mettez une dizaine de DJ complètement déjantés sur un bateau au large ? Ca fait des étincelles (et de la super musique).

Ce film, réalisé par Richard Curtis (Love Actually) est un excellent concentré des meilleurs tubes de rocks et de situations comiques. Les personnages sont plus loufoques les uns que les autres. C’est un joli clin d’œil à cette période du 19e siècle qui semble avoir été complètement déjantée. La fin du film est la cerise sur le gâteau de l’émotion. Bref, on se sent boosté à fond.

Little Miss Sunshine

Synopsis : une famille américaine traverse le pays à bord d’un van VW jaune et pour que la benjamine puisse participer à un concours de beauté.

On embarque avec la famille Hoover (marque d’aspirateur soit-dit en passant) pour un road-movie complètement hallucinant. Le grand-père qui s’est fait viré de la maison de retraite pour avoir pris de la cocaïne, l’oncle suicidaire spécialiste de Proust, le fils qui a fait vœux de silence, et les parents du même acabit, c’est difficile de s’ennuyer. Bien entendu, il leur arrive un nombre effarant de mésaventures mais le film est parfaitement dosé entre humour noir, moments de vérité et amour. La fin est est délicieusement déjantée. On rit, on pleure, on s’émouvoir et on a mal aux abdos à la fin de ce film indépendant.

 

 

Quels sont vos films préférés pour vous remonter le moral ?

D’autres idées de films et séries à voir