,

Quatre séries pour Halloween

L’île de Tenerife est faite de micro-climats et dans la partie où je vis, les saisons sont peu marquées. Il ne pleut presque jamais et les températures oscillent entre 30°C et 20°C. On a l’impression d’être toujours en été. Ça fait maintenant quelques années que je n’ai pas eu de véritables automnes. Cette année, j’ai une envie irrésistible de compenser cela en me plongeant dans des univers brumeux, de jolies couleurs d’automnes et des ambiances glaçantes pour le côté Halloween. Il se trouve que je suis bien malade depuis une semaine et que j’ai mis le week-end à profit pour me reposer et regarder plein de choses. Je vous ai donc concocté une petite liste de séries « Halloweenesque ». En espérant vous inspirer !

 

The Killing – pour les amateurs de polar

Synopsis : La première saison débute par la disparition d’une jeune fille sans histoire. On trouve son corps sans vie dans le coffre d’une voiture jettée dans un marais. La voiture appartient à l’un des candidats aux élections municipales.

Bien que The Killing soit un remake d’un polar danois, c’est sans conteste l’une de mes séries noires préférées. Ceux qui me connaissent savent que je suis une poule mouillée. Il y a peu, je n’étais pas attirée par les drames et encore moins les histoires de meurtres. The Killing, c’est de la noirceur, des histoires glauques et dépressives.

Et pourtant, cette série m’a captivée. Lorsque je la conseille, je la décris toujours comme un vrai bon polar que l’on dégusterai sous un plaid avec un chocolat chaud. L’intrigue est sinueuse, emmêlée et prend tout son temps. On vous peint un Seattle pluvieux, maussade avec beaucoup de teintes froides, tirant sur le bleu, le vert et le noir. Le jeu des acteurs et la musique dosée avec brio ajoutent la touche finale à ce petit bijoux.

Au delà de l’intrigue, ce qui m’a fasciné est la maîtrise parfaite entre psychologie et suspense. C’est l’une des rares séries policière qui aborde autant le deuil, l’hésitation, la soif de pouvoir. J’ai trouvé que c’était profond sans tomber dans le mélo cousu de fils rouge dont les séries américaines sont friandes.

 

The Fall – à vous glacer le sang

Synopsis : Stella, une commissaire de police froide et passionnée par son travail est appelé à Belfast pour enquêter sur une série de meurtres perpétrés contre des jeunes femmes de la ville. Chaque scène de meurtre est méticuleusement mis en scène par leur auteur.

La série se déroule dans un Beslfast pluvieux (aussi pluvieux que le Seattle dépeint dans The Killing), rongé par le chômage et les violences conjugales. On assiste à la confrontation entre Stella, une enquêtrice hors pair et un sérial Killer Paul Spector. Toute la construction du récit consiste à mettre en parallèle ces deux personnages. L’un est un père de famille discret, un mari aimant dont l’activité détente consiste à espionner ses victimes, pénétrer chez elles pour les tuer en les violant.

Oui, cette série est glaçante, choquante et dérangeante . On assiste à plusieurs scènes aux actes si violents que la réalisation n’a pas eu besoin de recourir à un fond sonore musical. Vous verrez… La première saison n’a que 5 épisodes, c’est parfait pour voir si vous vous accrochez.

Stranger Things – pour les fans des 80’s

Synopsis de la saison 1 (pour ne pas spoiler) : Après une soirée Donjons et Dragons, trois ados rentrent chez eux à Vélo. Le lendemain, Will a disparu. Alors que sa mère panique et pense à un enlèvement, la police débute doucement son enquête. Parallèlement, les trois meilleurs amis du garçon (3 geeks) se mettent eux aussi à sa recherche. C’est comme ça qu’ils tombent et recueillent une fille étrange aux pouvoirs surnaturels. Elle s’est échappée d’un étrange laboratoire ultra-sécurisé en bordure de la ville. Les deux affaires sont-elles liées ?

On en parle beaucoup de Stranger Things sur la toile et pour cause ! Je trouve que c’est vraiment une bonne série. Ok, il n’y a rien de très original dans l’histoire et dans ses codes. On retrouve les personnages phares d’un bon film américain mais justement c’est ça qui m’a plu dans Stranger Things. C’est décomplexé, malin, drôle (et ça fait un peu peur aussi). Cette série me fait penser à E.T., Jumanji. Les journalistes de Télérama, ont trouvé des références aux Goonies et à Alien. J’adore les films et les séries qui choisissent les 80’s !

The stranger Things saison 2 est sortie il y a quelque jours et le timing est absolument parfait ! L’histoire se déroule au moment d’Halloween. Si j’avais adoré la saison 1, je me régale tout autant  avec cette seconde saison.

Buffy contre les vampire – THE Classique

Synopsis : Buffy, une jeune lycée débarque à Sunnyvale après s’être fait renvoyer de son précédent lycée. Elle est en réalité une l’Elue, une chasseuse de vampires et de démons et est dotée d’une force surnaturelle. Contrairement aux autres Elues, Buffy s’entoure d’amis qui vont l’aider dans sa quête.

Entre les vampires, les démons et les scènes de cimetières, cette série culte est absolument parfaite pour Halloween. Comment passer à côté ? Je vous conseille surtout de vous replonger dans les épisodes de Halloween des sept saisons. J’aime particulièrement celui de la saison 2. Quand on est né à la fin des années 80, c’était impossible de passer à travers la vague Buffy contre les vampires. A l’époque je lui préférais pourtant Charmed. Au début de l’année, l’émission Blockbuster de France Inter a dédié une émission à la série.  Ca  m’a donné envie de me replonger dans cet univers. Je vous avoue que plus jeune je n’avais pas du tout saisi à quel point cette série est géniale. Entre les différents niveaux de lectures qui rendent la série aussi intéressante pour les ado que pour les adultes, certains  dialogues sont justes magiques. C’est sans parler du fait que le héros soit une héroïne  – blonde et sexy de surcroit ! Je pourrai dire bien plus sur cette série mais je finirai simplement par ajouter que certains épisodes sont de vraies pépites. Si vous aussi, vous n’aviez pas accroché avec Buffy, il est peut-être temps de reconsidérer la chose et Halloween (ou un bon gros rhume) est la période parfaite.

Que regarderez-vous pour Halloween ?

Envie de lire ma sélection Hallowctober?

,

This is us, la série aigre-douce à consommer sans modération

« This is us » est sortie en début d’année. Il est vrai que je l’avais vu passer mais je n’y avais pas prêté attention. Puis des amis (dont les recommandations sont toujours bonnes) me l’ont conseillée. Je m’y suis donc collé pour découvrir une petite pépite aigre-douce.

Je vais vous présenter la série de la même manière qu’on me l’a présentée : c’est l’histoire de plusieurs personnes qui sont nées le même jour. Bien que ces personnes aient emprunté des parcours distincts et ont des vies différents elles ont beaucoup de points communs.  C’est une série chorale comme on les aime qui débute le jour de leurs anniversaires.

Je pourrai vous donner plus d’éléments mais je préfère en rester là et vous laisser découvrir la trame de l’histoire lorsque vous regarderez le premier épisode. Si vous préférez en savoir plus avant de vous lancer, je vous conseille de lire cet article de Télérama. Pour moi, « this is us » est digne de « How I met Your Mother » dans le genre de série qui ne prend pas la tête sans être débile pour autant. Ce n’est pas une série comique pour autant.

Et pour les curieux, voici la bande-annonce !

3 raisons de regarder « This is us »

 

  • Une série feel good. Je ne suis pas non plus en train de vous dire qu’un épisode vous fera l’effet d’un Prozac. La série (américaine dans toute sa splendeur) aborde les sujets de la vie – tristes et importants – comme la famille, l’amour ou la mort. Jusque là rien d’extraordinaire. Ce qui la distingue du peloton c’est qu’elle évoque ces sujets de façon honnête, épurée et surtout de manière positive. Peu de séries réussissent à parler d’addiction ou de maladie incurable sans tomber dans le mélodramatique. Ici, c’est le cas. Chaque scène laisse une empreinte de positivité. Si comme moi, vous en avez marre des séries à la « Grey’s Anatomy » où chaque épisode est transformé en ascenseur émotionnel, « this is us » change la donne.

 

  • Retrouver Mandy Moore. Plus jeune j’adorais le film « le temps d’un automne » et retrouver l’actrice principale dans cette série est super chouette. Je trouve que l’actrice n’a pas du tout vieillit et je me demande quel page avait-elle lorsqu’elle a tourné dans le film. SI vous avez aimé « le temps d’un automne », « This is us » devrait vous plaire.

 

  • Une histoire bien racontée. Je cite ici Télérama « Une histoire ordinaire, bien racontée, peut devenir extraordinaire ». Et « This is us », c’est exactement ça. Pas de scénario révolutionnaire mais une bonne série comme on les aime avec une trame sérieuse et subtile qui nous donne envie d’engloutir épisode après épisode.

Que pensez-vous de « This is us » ? Connaissez-vous d’autres séries du même genre ?

Plus de séries à découvrir

,

Quatre séries pour Halloween

L’île de Tenerife est faite de micro-climats et dans la partie où je vis, les saisons sont peu marquées. Il ne pleut presque jamais et les températures oscillent entre 30°C et 20°C. On a l’impression d’être toujours en été.…
,

This is us, la série aigre-douce à consommer sans modération

"This is us" est sortie en début d'année. Il est vrai que je l'avais vu passer mais je n'y avais pas prêté attention. Puis des amis (dont les recommandations sont toujours bonnes) me l'ont conseillée. Je m'y suis donc collé pour découvrir…
,

3 raisons de regarder The Handmaid's tale

C'est la nouvelle série de HBO : captivante, effroyable mais aussi géniale. C'est en réalité une adaptation du roman « la servante écarlate » publié en 1985 par Margaret Atwood. Si comme moi, vous avez déjà entendu parler de ce…
,

Série the Neighbors

Un groupe d’extraterrestres envoyé en reconnaissance s’installe dans un quartier privé américain (à la Desperate Housewifes). L’histoire commence lorsqu’une famille normale s’installe dans la résidence. Ce sont les premiers humains…
,

3 raisons de regarder The Handmaid’s tale

C’est la nouvelle série de HBO : captivante, effroyable mais aussi géniale. C’est en réalité une adaptation du roman « la servante écarlate » publié en 1985 par Margaret Atwood. Si comme moi, vous avez déjà entendu parler de ce classique de la littérature sans l’avoir jamais lu ni savoir de quoi il retourne, voici un petit résumé.

L’histoire prend place dans une Amérique dystopique où la pollution a réduit le taux de natalité à quasi nulle.

La République de Gilead est une dictature de fanatiques religieux qui gouverne une partie des Etat-Unis. C’est dans ce nouvel ordre que le statut des femmes se voit réduit à trois possibilités : épouse d’un homme puissant, bonne à tout faire ou reproductrice. Chaque caste porte sa propre couleur : vert émeraude pour les épouses, gris anthracite pour les bonnes et rouge écarlate pour les dernières. Nous suivons l’histoire d’une servante écarlate, une reproductrice qui n’a pas choisi son rôle.

June, s’appelle désormais Offred. Elle perd son mari et se voit arrachée sa fille alors qu’ils étaient en fuite. Elle est alors contrainte de suivre une espèce de formation lavage de cerveau pour devenir la parfaite reproductrice. On brise ces femmes en utilisant des moyens de torture diverses et variées. Une fois formées, elles sont envoyées dans des familles de haut dignitaires infertiles. l’histoire débute lorsque June (alias Offred) rencontre sa nouvelle famille où chaque faits et gestes sont surveillés.

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique pour religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne seront jamais acquis. »

Cette phrase de Simone de Beauvoir tournait en boucle (en alternance avec WTF) alors que je découvrais le premier épisode de cette nouvelle série. Si c’est une série SF, ici pas de vaisseaux ou de technologies inconnues. Au contraire, la ressemblance avec nôtre quotidien est assez glaçante. La série va encore plus loin en remédiant à des flashback de contraste où l’on suit June (le personnage principal) lorsqu’elle était encore une New-Yorkaise tout ce qu’il y a de plus normale.

3 raisons de regarder the Handmaid’s Tale

  • Le sujet, je dois reconnaître à HBO un sens du timing certain : entre les débats sur la réduction du droits de l’avortement, la PMA et les libertés de culte, la série a tout pour enfoncer le clou et alimenter le débat.
  •  Le soin apporté à l’esthétique, afin de différencier les différents époques les couleurs sont travaillées : des couleurs assez sombres et saturées pour l’époque de Gilead et des couleurs claires pour l’avant.
  • L’évolution de l’histoire est vraiment intéressante car on y développe aussi les autres personnages féminins. Notamment, celle de l’épouse du dignitaire.

 

Avez-vous commencé la série ? Qu’elles sont vos impressions ? Pour ma part, ça m’a donné envie de lire le livre La Servante écarlate*

 

 

* Cet article contient des liens affiliés. C’est dire que je touche une petite commission si vous décider d’utiliser le lien que je vous fournis pour acheter le livre que je vous conseille. Vous ne payez pas plus cher.

Envie de plus de séries ?

,

Quatre séries pour Halloween

L’île de Tenerife est faite de micro-climats et dans la partie où je vis, les saisons sont peu marquées. Il ne pleut presque jamais et les températures oscillent entre 30°C et 20°C. On a l’impression d’être toujours en été.…
,

This is us, la série aigre-douce à consommer sans modération

"This is us" est sortie en début d'année. Il est vrai que je l'avais vu passer mais je n'y avais pas prêté attention. Puis des amis (dont les recommandations sont toujours bonnes) me l'ont conseillée. Je m'y suis donc collé pour découvrir…
,

3 raisons de regarder The Handmaid's tale

C'est la nouvelle série de HBO : captivante, effroyable mais aussi géniale. C'est en réalité une adaptation du roman « la servante écarlate » publié en 1985 par Margaret Atwood. Si comme moi, vous avez déjà entendu parler de ce…
,

Série the Neighbors

Un groupe d’extraterrestres envoyé en reconnaissance s’installe dans un quartier privé américain (à la Desperate Housewifes). L’histoire commence lorsqu’une famille normale s’installe dans la résidence. Ce sont les premiers humains…