,

3 raisons de regarder The Handmaid’s tale

C’est la nouvelle série de HBO : captivante, effroyable mais aussi géniale. C’est en réalité une adaptation du roman « la servante écarlate » publié en 1985 par Margaret Atwood. Si comme moi, vous avez déjà entendu parler de ce classique de la littérature sans l’avoir jamais lu ni savoir de quoi il retourne, voici un petit résumé.

L’histoire prend place dans une Amérique dystopique où la pollution a réduit le taux de natalité à quasi nulle.

La République de Gilead est une dictature de fanatiques religieux qui gouverne une partie des Etat-Unis. C’est dans ce nouvel ordre que le statut des femmes se voit réduit à trois possibilités : épouse d’un homme puissant, bonne à tout faire ou reproductrice. Chaque caste porte sa propre couleur : vert émeraude pour les épouses, gris anthracite pour les bonnes et rouge écarlate pour les dernières. Nous suivons l’histoire d’une servante écarlate, une reproductrice qui n’a pas choisi son rôle.

June, s’appelle désormais Offred. Elle perd son mari et se voit arrachée sa fille alors qu’ils étaient en fuite. Elle est alors contrainte de suivre une espèce de formation lavage de cerveau pour devenir la parfaite reproductrice. On brise ces femmes en utilisant des moyens de torture diverses et variées. Une fois formées, elles sont envoyées dans des familles de haut dignitaires infertiles. l’histoire débute lorsque June (alias Offred) rencontre sa nouvelle famille où chaque faits et gestes sont surveillés.

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique pour religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne seront jamais acquis. »

Cette phrase de Simone de Beauvoir tournait en boucle (en alternance avec WTF) alors que je découvrais le premier épisode de cette nouvelle série. Si c’est une série SF, ici pas de vaisseaux ou de technologies inconnues. Au contraire, la ressemblance avec nôtre quotidien est assez glaçante. La série va encore plus loin en remédiant à des flashback de contraste où l’on suit June (le personnage principal) lorsqu’elle était encore une New-Yorkaise tout ce qu’il y a de plus normale.

3 raisons de regarder the Handmaid’s Tale

  • Le sujet, je dois reconnaître à HBO un sens du timing certain : entre les débats sur la réduction du droits de l’avortement, la PMA et les libertés de culte, la série a tout pour enfoncer le clou et alimenter le débat.
  •  Le soin apporté à l’esthétique, afin de différencier les différents époques les couleurs sont travaillées : des couleurs assez sombres et saturées pour l’époque de Gilead et des couleurs claires pour l’avant.
  • L’évolution de l’histoire est vraiment intéressante car on y développe aussi les autres personnages féminins. Notamment, celle de l’épouse du dignitaire.

 

Avez-vous commencer la série ? Qu’elles sont vos impressions ? Pour ma part, ça m’a donné envie de lire « La servante écarlate ».

Envie de plus de séries ?

,

This is us, la série aigre-douce à consommer sans modération

"This is us" est sortie en début d'année. Il est vrai que je l'avais vu passer mais je n'y avais pas prêté attention. Puis des amis (dont les recommandations sont toujours bonnes) me l'ont conseillée. Je m'y suis donc collé pour découvrir…
,

3 raisons de regarder The Handmaid's tale

C'est la nouvelle série de HBO : captivante, effroyable mais aussi géniale. C'est en réalité une adaptation du roman « la servante écarlate » publié en 1985 par Margaret Atwood. Si comme moi, vous avez déjà entendu parler de ce…

 

2 réponses
  1. Eva
    Eva dit :

    J’ai lu ce livre cette année pour mon cours de littérature et j’ai été terriblement déçue ! Je m’attendais à beaucoup plus de féminisme et de révolte. Avec une amie on a voulu essayer la série pour voir si elle allait être mieux et on s’est arrêtée au dix premières minutes. Peut-être que je réessayerais surtout quand je vois le succès de la série.

    Des bisous 🙂

    Répondre
    • admin@aglobalculture.com
      admin@aglobalculture.com dit :

      Je dois avouer que tu attises ma curiosité car j’ai effectivement imaginé un livre très engagé. Peut-être que l’époque ne le permettait pas. Qu’en disait ton cours de littérature ? Après, pas facile d’aimer la déclinaison d’une oeuvre lorsqu’on n’a pas aimé l’original. Si tu n’as pas accroché, attend quelque mois avant de t’y replonger.

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *