Peacock, petite bourgade du Nebraska où la vie, bien rangée, est un long fleuve tranquille. Un train déraille pour finir dans le jardin de John Skillpa. Employé de banque docile et réservé, John souffre d’un trouble de la personnalité : il joue le rôle d’Emma, son épouse.

Si vous cherchez un renversement de situation, il n’y en a pas.

Le film, lent et sans grande surprise, arrive à nous accrocher notamment grâce à la performance de Cillian Murphy. Il parvient à incarner les deux personnalités avec souplesse en passant d’Emma l’épouse craintive mais dominatrice à John qui se débat sans succès.
A part le thème de la double personnalité, le film aborde la libération de la femme mais surtout l’individualisme dans notre société : chacun comprendre ce qu’il veut car il ne faudrait pas se fatiguer pour les autres.
L’un des aspects qui rend le film vraiment intéressant est que John et Emma sont sans cesse sollicités : le maire qui veut être réélu, l’épouse du Maire qui souhaite mettre en lumière son foyer pour femmes, Maggie la victime en quête de se reconstruire. Les personnages sont tellement obnubilés par eux-même qu’ils ne s’étonnent pas du comportement de John, de la présence subite de sa femme ou des discordes qu’il semble y avoir au sein du couple. Ils en jouent même à leurs avantages.