Articles

,

3 films latino-américains à découvrir

Le hasard fait souvent bien les choses et vous mène vers des films, des musiques et personnes en lien. C’est ainsi que ces deux derniers mois ont été riches en découvertes et notamment du côté de la culture latino-américaine.

Si je sais que la culture latine est riche et prolixe. J’en ai pourtant une connaissance infime. En réalité, je n’avais jamais eu l’occasion de me pencher sur le sujet à part les quelques classiques de films latinos que tout le monde connait.

 

Et bien, je voulais partager avec vous trois films que j’ai particulièrement aimés. En espérant que ce seront de jolies découvertes pour vous aussi.

3 films latino-américains à découvrir

 

Les neufs reines – de Bielinsky

Synopsis : Les chemins de Marcos et Juan, se croisent à Buenos Aires. Ils sont tous les deux arnaqueurs. Marcos, plus expérimenté, propose à Juan de le prendre sous son aile après l’avoir tiré d’un mauvais pas. C’est alors que Sandler, un ancien associé de Marcos l’appelle car il veut vendre la copie d’une planche de timbres très rares : les neufs reines. Un millionnaire est la cible, Gandolfo. Celui-ci réside justement dans l’hôtel de luxe où la sœur de Marcos travaille. Elle accepte tant bien que mal à les aider pour encaisser une partie de la vente : 450 000 dollars.

Ce film est l’un des meilleurs dans le genre que je n’ai jamais vu.

Polar sans violence, on sait dès le départ qu’il y a anguille sous roche, mais où ? Si comme moi, vous adorez essayer de deviner la fin du film, faire des pronostics et essayer de démêler le vrai du faux… Vous allez vous régaler et vous faire mener en bateau. Ce film est jouissif aussi bien dans la trame de l’histoire que dans les dialogues.

Je crois que Bielinsky en a bien profité faire l’apologie du système D et de la fraude dans un pays où la vie est dure.

 

 

Les nouveaux sauvages (relatos salvages) de Szifron

Synopsis : Six court-métrages s’enchainent pour peindre un tableau acide de l’Argentine actuelle. La première histoire se déroule dans un avion. La seconde dans un restaurant. Les suivantes prennent lieux en ville, sur une route au milieu de la nature, à un mariage, etc. Ils parlent tous de la même chose : qu’est ce qu’il se passe lorsqu’on pète les plombs ?

 

Ce film est un bijou ou plutôt un grenade.

Je crois que je n’avais encore jamais vu un film pareil. Aussi bien sur la construction : c’est assez rare de voir un film composé de court-métrages. Généralement, on va à des séances de courts-métrages mais je ne connaissais pas le concept d’en faire un film.

Et puis le sujet : péter les plombs. On sait tous qu’il y a une ligne à ne pas franchir, celle où l’on va trop loin pour nos conventions. Où il n’est pas possible de revenir. Où nos actes deviendront indélébiles, pour le meilleur et pour le pire.

On a tous lu les journaux sur une histoire (quelle qu’elle soit) en se disant : mais ce n’est pas possible. Comment ont-ils pu en arriver là ?

Et bien ce film parle de cette ligne, Damián Szifrón réussi à capturer ces moments. Il décortique les phases qui mènent des personnes lambda à franchir cette limite et c’est complètement jubilatoire, horrible et en même temps fascinant. Tout ça en même temps.

 

Ouvre les yeux – de Amenabar

Synopsis : César a 25 ans, il est riche, beau gosse et orphelin. Il voit sa vie basculer pour se retrouver dans une unité psychiatrique carcérale. Il est accusé de meurtre. Aidé par son psychiatre, il essaye de reconstituer les circonstances du drame. Mais son récit est confus. La réalité et l’imaginaire s’emmêlent faisant douter César. Est-ce un complot ? Est-il fou ?

 

Ouvre les yeux est en réalité le film d’origine de Vanilla Sky et ce n’est pas rien. Je savais que le film de Tom Cruise était tiré d’un autre mais je ne pensais pas qu’ils en avaient fait un copié-collé exact. Pénélope Cruz joue d’ailleurs le même rôle dans les deux films. J’ai un peu hésité à mettre ce film car en en réalité il a été réalisé en Espagne, mais vu que le réalisateur est d’origine chilienne et que je trouve que cette version intéressante, et plus authentique visuellement que Vanilla Sky, je me suis dit que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

Alors, il y a plein d’autres films que j’ai envie de voir et je vous recommande la sélection de Sens Critique.

Aussi, je suis tombée sur les affiches du festival de films latinos de San Diego. Elles sont magnifiques, vous ne trouvez pas ? J’ai découvert de nombreux films à découvrir aussi !

 

Quels sont vos films latinos préférés ?

 

D’autres articles culturels

,

3 films latino-américains à découvrir

Le hasard fait souvent bien les choses et vous mène vers des films, des musiques et personnes en lien. C’est ainsi que ces deux derniers mois ont été riches en découvertes et notamment du côté de la culture latino-américaine.

Si je sais que la culture latine est riche et prolixe. J’en ai pourtant une connaissance infime. En réalité, je n’avais jamais eu l’occasion de me pencher sur le sujet à part les quelques classiques de films latinos que tout le monde connait.

 

Et bien, je voulais partager avec vous trois films que j’ai particulièrement aimés. En espérant que ce seront de jolies découvertes pour vous aussi.

3 films latino-américains à découvrir

 

Les neufs reines – de Bielinsky

Synopsis : Les chemins de Marcos et Juan, se croisent à Buenos Aires. Ils sont tous les deux arnaqueurs. Marcos, plus expérimenté, propose à Juan de le prendre sous son aile après l’avoir tiré d’un mauvais pas. C’est alors que Sandler, un ancien associé de Marcos l’appelle car il veut vendre la copie d’une planche de timbres très rares : les neufs reines. Un millionnaire est la cible, Gandolfo. Celui-ci réside justement dans l’hôtel de luxe où la sœur de Marcos travaille. Elle accepte tant bien que mal à les aider pour encaisser une partie de la vente : 450 000 dollars.

Ce film est l’un des meilleurs dans le genre que je n’ai jamais vu.

Polar sans violence, on sait dès le départ qu’il y a anguille sous roche, mais où ? Si comme moi, vous adorez essayer de deviner la fin du film, faire des pronostics et essayer de démêler le vrai du faux… Vous allez vous régaler et vous faire mener en bateau. Ce film est jouissif aussi bien dans la trame de l’histoire que dans les dialogues.

Je crois que Bielinsky en a bien profité faire l’apologie du système D et de la fraude dans un pays où la vie est dure.

 

 

Les nouveaux sauvages (relatos salvages) de Szifron

Synopsis : Six court-métrages s’enchainent pour peindre un tableau acide de l’Argentine actuelle. La première histoire se déroule dans un avion. La seconde dans un restaurant. Les suivantes prennent lieux en ville, sur une route au milieu de la nature, à un mariage, etc. Ils parlent tous de la même chose : qu’est ce qu’il se passe lorsqu’on pète les plombs ?

 

Ce film est un bijou ou plutôt un grenade.

Je crois que je n’avais encore jamais vu un film pareil. Aussi bien sur la construction : c’est assez rare de voir un film composé de court-métrages. Généralement, on va à des séances de courts-métrages mais je ne connaissais pas le concept d’en faire un film.

Et puis le sujet : péter les plombs. On sait tous qu’il y a une ligne à ne pas franchir, celle où l’on va trop loin pour nos conventions. Où il n’est pas possible de revenir. Où nos actes deviendront indélébiles, pour le meilleur et pour le pire.

On a tous lu les journaux sur une histoire (quelle qu’elle soit) en se disant : mais ce n’est pas possible. Comment ont-ils pu en arriver là ?

Et bien ce film parle de cette ligne, Damián Szifrón réussi à capturer ces moments. Il décortique les phases qui mènent des personnes lambda à franchir cette limite et c’est complètement jubilatoire, horrible et en même temps fascinant. Tout ça en même temps.

 

Ouvre les yeux – de Amenabar

Synopsis : César a 25 ans, il est riche, beau gosse et orphelin. Il voit sa vie basculer pour se retrouver dans une unité psychiatrique carcérale. Il est accusé de meurtre. Aidé par son psychiatre, il essaye de reconstituer les circonstances du drame. Mais son récit est confus. La réalité et l’imaginaire s’emmêlent faisant douter César. Est-ce un complot ? Est-il fou ?

 

Ouvre les yeux est en réalité le film d’origine de Vanilla Sky et ce n’est pas rien. Je savais que le film de Tom Cruise était tiré d’un autre mais je ne pensais pas qu’ils en avaient fait un copié-collé exact. Pénélope Cruz joue d’ailleurs le même rôle dans les deux films. J’ai un peu hésité à mettre ce film car en en réalité il a été réalisé en Espagne, mais vu que le réalisateur est d’origine chilienne et que je trouve que cette version intéressante, et plus authentique visuellement que Vanilla Sky, je me suis dit que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

Alors, il y a plein d’autres films que j’ai envie de voir et je vous recommande la sélection de Sens Critique.

Aussi, je suis tombée sur les affiches du festival de films latinos de San Diego. Elles sont magnifiques, vous ne trouvez pas ? J’ai découvert de nombreux films à découvrir aussi !

 

Quels sont vos films latinos préférés ?

 

D’autres articles culturels

,

Quatre séries pour Halloween

L’île de Tenerife est faite de micro-climats et dans la partie où je vis, les saisons sont peu marquées. Il ne pleut presque jamais et les températures oscillent entre 30°C et 20°C. On a l’impression d’être toujours en été. Ça fait maintenant quelques années que je n’ai pas eu de véritables automnes. Cette année, j’ai une envie irrésistible de compenser cela en me plongeant dans des univers brumeux, de jolies couleurs d’automnes et des ambiances glaçantes pour le côté Halloween. Il se trouve que je suis bien malade depuis une semaine et que j’ai mis le week-end à profit pour me reposer et regarder plein de choses. Je vous ai donc concocté une petite liste de séries « Halloweenesque ». En espérant vous inspirer !

 

The Killing – pour les amateurs de polar

Synopsis : La première saison débute par la disparition d’une jeune fille sans histoire. On trouve son corps sans vie dans le coffre d’une voiture jettée dans un marais. La voiture appartient à l’un des candidats aux élections municipales.

Bien que The Killing soit un remake d’un polar danois, c’est sans conteste l’une de mes séries noires préférées. Ceux qui me connaissent savent que je suis une poule mouillée. Il y a peu, je n’étais pas attirée par les drames et encore moins les histoires de meurtres. The Killing, c’est de la noirceur, des histoires glauques et dépressives.

Et pourtant, cette série m’a captivée. Lorsque je la conseille, je la décris toujours comme un vrai bon polar que l’on dégusterai sous un plaid avec un chocolat chaud. L’intrigue est sinueuse, emmêlée et prend tout son temps. On vous peint un Seattle pluvieux, maussade avec beaucoup de teintes froides, tirant sur le bleu, le vert et le noir. Le jeu des acteurs et la musique dosée avec brio ajoutent la touche finale à ce petit bijoux.

Au delà de l’intrigue, ce qui m’a fasciné est la maîtrise parfaite entre psychologie et suspense. C’est l’une des rares séries policière qui aborde autant le deuil, l’hésitation, la soif de pouvoir. J’ai trouvé que c’était profond sans tomber dans le mélo cousu de fils rouge dont les séries américaines sont friandes.

 

The Fall – à vous glacer le sang

Synopsis : Stella, une commissaire de police froide et passionnée par son travail est appelé à Belfast pour enquêter sur une série de meurtres perpétrés contre des jeunes femmes de la ville. Chaque scène de meurtre est méticuleusement mis en scène par leur auteur.

La série se déroule dans un Beslfast pluvieux (aussi pluvieux que le Seattle dépeint dans The Killing), rongé par le chômage et les violences conjugales. On assiste à la confrontation entre Stella, une enquêtrice hors pair et un sérial Killer Paul Spector. Toute la construction du récit consiste à mettre en parallèle ces deux personnages. L’un est un père de famille discret, un mari aimant dont l’activité détente consiste à espionner ses victimes, pénétrer chez elles pour les tuer en les violant.

Oui, cette série est glaçante, choquante et dérangeante . On assiste à plusieurs scènes aux actes si violents que la réalisation n’a pas eu besoin de recourir à un fond sonore musical. Vous verrez… La première saison n’a que 5 épisodes, c’est parfait pour voir si vous vous accrochez.

Stranger Things – pour les fans des 80’s

Synopsis de la saison 1 (pour ne pas spoiler) : Après une soirée Donjons et Dragons, trois ados rentrent chez eux à Vélo. Le lendemain, Will a disparu. Alors que sa mère panique et pense à un enlèvement, la police débute doucement son enquête. Parallèlement, les trois meilleurs amis du garçon (3 geeks) se mettent eux aussi à sa recherche. C’est comme ça qu’ils tombent et recueillent une fille étrange aux pouvoirs surnaturels. Elle s’est échappée d’un étrange laboratoire ultra-sécurisé en bordure de la ville. Les deux affaires sont-elles liées ?

On en parle beaucoup de Stranger Things sur la toile et pour cause ! Je trouve que c’est vraiment une bonne série. Ok, il n’y a rien de très original dans l’histoire et dans ses codes. On retrouve les personnages phares d’un bon film américain mais justement c’est ça qui m’a plu dans Stranger Things. C’est décomplexé, malin, drôle (et ça fait un peu peur aussi). Cette série me fait penser à E.T., Jumanji. Les journalistes de Télérama, ont trouvé des références aux Goonies et à Alien. J’adore les films et les séries qui choisissent les 80’s !

The stranger Things saison 2 est sortie il y a quelque jours et le timing est absolument parfait ! L’histoire se déroule au moment d’Halloween. Si j’avais adoré la saison 1, je me régale tout autant  avec cette seconde saison.

Buffy contre les vampire – THE Classique

Synopsis : Buffy, une jeune lycée débarque à Sunnyvale après s’être fait renvoyer de son précédent lycée. Elle est en réalité une l’Elue, une chasseuse de vampires et de démons et est dotée d’une force surnaturelle. Contrairement aux autres Elues, Buffy s’entoure d’amis qui vont l’aider dans sa quête.

Entre les vampires, les démons et les scènes de cimetières, cette série culte est absolument parfaite pour Halloween. Comment passer à côté ? Je vous conseille surtout de vous replonger dans les épisodes de Halloween des sept saisons. J’aime particulièrement celui de la saison 2. Quand on est né à la fin des années 80, c’était impossible de passer à travers la vague Buffy contre les vampires. A l’époque je lui préférais pourtant Charmed. Au début de l’année, l’émission Blockbuster de France Inter a dédié une émission à la série.  Ca  m’a donné envie de me replonger dans cet univers. Je vous avoue que plus jeune je n’avais pas du tout saisi à quel point cette série est géniale. Entre les différents niveaux de lectures qui rendent la série aussi intéressante pour les ado que pour les adultes, certains  dialogues sont justes magiques. C’est sans parler du fait que le héros soit une héroïne  – blonde et sexy de surcroit ! Je pourrai dire bien plus sur cette série mais je finirai simplement par ajouter que certains épisodes sont de vraies pépites. Si vous aussi, vous n’aviez pas accroché avec Buffy, il est peut-être temps de reconsidérer la chose et Halloween (ou un bon gros rhume) est la période parfaite.

Que regarderez-vous pour Halloween ?

Envie de lire ma sélection Hallowctober?