Articles

,

Comment j’ai vaincu ma peur de l’eau


En novembre dernier, j’ai fait un baptême de plongée à Tenerife avec Cléo et Sam de What Next Adventures.

C’était vraiment un moment génial et assez inattendu pour moi !

Je vous explique : je suis une poule mouillée et ma zone de confort est assez restreinte dans l’eau. Je sais nager mais dès qu’il y a 3 ou 4 mètres de profondeur, je commence à avoir peur de me retrouver sur le chemin d’un requin perdu et affamé… Plus sérieusement, je me sens mal à l’aise avec l’idée d’avoir cet espace vide et inconnu sous moi, d’être entourée par cette immensité.

 

 

Alors j’ai toujours considéré la plongée comme une activité hors de ma portée. C’était sans compter sur mon déménagement à Tenerife – destination réputée pour cette activité. En plus de ça, on habite désormais prés de la plage. C’était bête de ne pas pouvoir profiter des baignades à cause du stress (surtout qu’il n’y a pas de requin à Tenerife). J’ai fini par me dire que pour arrêter d’avoir peur, il fallait que je voie la beauté des fonds marins.

Première plongée : échec

Et voilà qu’il y a deux ans, l’amoureux et moi partons vaillamment faire un baptême avec un premier centre de plongé .

Premier essai NO WAY.

 

Impossible de respirer sous l’eau. Mon cerveau n’arrivait pas à comprendre le concept et j’avais l’impression d’être dans Requiem for a Dream, version soft peut-être mais bon quand même…

Plutôt frustrée de m’être vue refusé les portes du monde sous-marin, je m’interroge sur cet échec et je me rend compte que faire un baptême de plongée pour vaincre ma peur de l’eau n’était pas l’idée du siècle.

Les moniteurs, super sympas me conseillent de faire du masque et tuba pour prendre confiance. Je me suis donc mise à nager plus loin de la côte (avec des palmes pour aller plus vite) plusieurs fois par semaine. Et c’est vrai que j’ai commencé à moins stresser et à me sentir plus à l’aise avec le paysage que je voyais.

 

La seconde plongée c’est la bonne

Alors que mon copain passe son niveau 1 de PADI, je décide de faire un second baptême. Je réussi à plonger mais non sans peine. Cette fois-ci, mon corps gère mieux le fait de pouvoir respirer sous l’eau et à la fin, je trouve ça plutôt chouette. Si l’expérience fut positive, je n’ai pas eu envie de réitérer l’expérience toute suite. Pour moi, la plongée restait une activité un peu extrême que j’avais essayé et puis voilà. Affaire classée sans suite.

Au quotidien, je continuais à aller me baigner et j’avais de moins en moins peur. Je ne sais pas si c’est que je m’habituais ou si c’est le fait d’avoir pu m’émerveiller devant les jolis poisson durant le baptême mais j’étais bien plus à l’aise dans l’eau.

 

Et puis un jour, avons nous rencontré des moniteurs de plongée français et nous sommes devenus amis. A force de les entendre parler de l’océan et de leur passion pour cette activité, j’ai commencé à avoir envie d’essayer une nouvelle fois.

 

La plongée parfaite avec What Next Adventures

 

Me voilà de nouveau dans un centre de plongée à Las Galletas avec  un accueil professionnel et décontracté en français. Cléo a une approche très pédagogique. Elle prend le temps de tout m’expliquer en utilisant un vocabulaire positif pour m’informer sans me mettre la pression non plus.

 

Nous partons du port de Las Galletas et après quelques minutes de transport en zodiak, nous arrivons dans une petite baie où l’eau est calme et belle. Cléo me réceptionne dans l’eau et nous plongeons lentement. Mètre par mètre, je décompresse et me m’habitue aux sensations. Cette fois-ci, je ne suis pas gênée par le fait de respirer sous l’eau.

 

 

Une fois sous l’eau, l’expérience est magique. Il n’y a pas d’autre mots. On a visité une petite grotte, croisé plein de poissons colorés et observé un joli crabe orange et violet. Cléo connait l’endroit comme sa poche et me l’a fait découvrir. Les 40 minutes se sont envolées et il fallait déjà remonter à la surface.

 

Cette fois-ci, mon stress était bas et j’ai pu me concentrer sur mes impressions. Le silence était vraiment agréable. Comme dans Le Grand Bleu, le seul bruit que l’on perçoit est sa propre respiration. Ca donne un effet presque hyptnotique à toute l’expérience. Comme je n’ai pas plongé profondément, toutes les couleurs étaient encore vives et c’était trop beau de voir tout ces poissons bariolés.
 

 

L’apesanteur était une sensation assez particulière. Toute la gestion de son corps est différente et je me sentais un peu pataude. Petite j’étais fan d’Ariel la petite sirène et j’avais même demandé à un magicien s’il pouvait me transformer en sirène. Il aurai mieux fait de me conseiller la plongée !

 

 

 

Mes conseils pour diminuer son appréhension à l’eau

 

En parlant autour de moi j’ai constaté qu’il y avait pas mal de personnes qui se sentaient mal à l’aise dans l’eau bien qu’elles sachent nager. Vu que je me sens beaucoup plus confiante dans l’eau qu’il y a deux ans, je vous partage quelque astuces qui m’ont aidé.

Les cours de natation

crédit photo : unspalsh – samuel-scrimshaw

Prendre des cours de natation pour vous perfectionner en nage serai le meilleur moyen de réduire l’appréhension à l’eau. Je n’ai pas suivit de cours dernièrement mais ça me semble évident que c’est l’étape de base. Si vous savez bien nager et êtes surs de vos capacités, vous vous sentirez plus en sécurité dans l’eau.

Se renseigner sur l’eau

Généralement, on stress car on a peur de l’inconnu. Ne pas savoir ce qu’il se passe autour et sous sois, peut être inquiétant. Finalement, se renseigner sur les fond marins et les poissons enlève le côté mystérieux et effrayant. Par exemple, je connais les types de poissons que je peux croiser fréquemment lorsque je me baigne. Je sais qu’il n’y a pas de requin à Tenerife mais des dauphins et des baleines pilotes au large. Tout ça m’a aidé à rationaliser ma peur des DENTS DE LA MER.

Se baigner le plus souvent possible

 

 

Plus on a l’occasion de se baigner et plus on se rend compte qu’on ne court aucun risque (en restant dans une zone calme et autorisée) aussi profonde soit-elle. Se baigner dans une piscine c’est tout aussi bien car on prend confiance dans ses capacités et dans les sensations que l’on a dans l’eau et sous l’eau. Vous pouvez faire des longueurs sous l’eau et voir combien de temps vous vous pouvez retenir votre respiration sous l’eau.

Bien s’équiper pour nager

J’ai vu tout de suite la différence lorsque j’ai commencé à mettre un masque et un tuba car je pouvais voir ce qu’il y avait sous moi et me rendre compte qu’il n’y avait rien de dangereux. Le tuba me permet surtout de conserver une position horizontale agréable. Je me fatigue moins et du coup me sens plus à l’aise. J’aime bien nager avec des palmes car elles me donnent plus de puissance. Ca me permet de nager plus vite et je peux être dans une zone où j’ai pied rapidement. Parfois je met même une combinaison et l’avantage de la combinaison c’est ce que l’on flotte facilement. C’est assez agréable pour faire du Snorkelling car on a encore moins d’effort à fournir.

Et le baptême de plongée alors ?

Forte de mon expérience, je pense que débuter par un baptême de plongée pour soigner vôtre peur est une mauvaise idée. Je dirai que c’est le genre de chose que l’on fait lorsqu’on se sent déjà capable de nager avec plusieurs mètres de profondeur sans aucun stress.

Mais surtout, il faut être capable de nager sous l’eau sans problème. Avant de faire un baptême, je vous conseille de faire du Snorkelling (masque et tuba) pour vous habituer à respirer par la bouche.

En revanche, c’est une expérience magique et je ne peux que vous encourager à faire un baptême de plongée à tous ceux qui en ont envie.

Si vous avez envie de faire un baptême de plongée à Tenerife, je vous conseille Cléo & Sam de What Next Adventures. Ils sont géniaux et peuvent vous proposer plein de types de plongées différentes en fonction de votre niveau et de vos envies.

 

Pour aller plus loin sur la question de la peur de l’eau, voici quelque articles que vous pourriez lire sur ce site natationpourtous.

 

,

Comment j’ai vaincu ma peur de l’eau


En novembre dernier, j’ai fait un baptême de plongée à Tenerife avec Cléo et Sam de What Next Adventures.

C’était vraiment un moment génial et assez inattendu pour moi !

Je vous explique : je suis une poule mouillée et ma zone de confort est assez restreinte dans l’eau. Je sais nager mais dès qu’il y a 3 ou 4 mètres de profondeur, je commence à avoir peur de me retrouver sur le chemin d’un requin perdu et affamé… Plus sérieusement, je me sens mal à l’aise avec l’idée d’avoir cet espace vide et inconnu sous moi, d’être entourée par cette immensité.

 

 

Alors j’ai toujours considéré la plongée comme une activité hors de ma portée. C’était sans compter sur mon déménagement à Tenerife – destination réputée pour cette activité. En plus de ça, on habite désormais prés de la plage. C’était bête de ne pas pouvoir profiter des baignades à cause du stress (surtout qu’il n’y a pas de requin à Tenerife). J’ai fini par me dire que pour arrêter d’avoir peur, il fallait que je voie la beauté des fonds marins.

Première plongée : échec

Et voilà qu’il y a deux ans, l’amoureux et moi partons vaillamment faire un baptême avec un premier centre de plongé .

Premier essai NO WAY.

 

Impossible de respirer sous l’eau. Mon cerveau n’arrivait pas à comprendre le concept et j’avais l’impression d’être dans Requiem for a Dream, version soft peut-être mais bon quand même…

Plutôt frustrée de m’être vue refusé les portes du monde sous-marin, je m’interroge sur cet échec et je me rend compte que faire un baptême de plongée pour vaincre ma peur de l’eau n’était pas l’idée du siècle.

Les moniteurs, super sympas me conseillent de faire du masque et tuba pour prendre confiance. Je me suis donc mise à nager plus loin de la côte (avec des palmes pour aller plus vite) plusieurs fois par semaine. Et c’est vrai que j’ai commencé à moins stresser et à me sentir plus à l’aise avec le paysage que je voyais.

 

La seconde plongée c’est la bonne

Alors que mon copain passe son niveau 1 de PADI, je décide de faire un second baptême. Je réussi à plonger mais non sans peine. Cette fois-ci, mon corps gère mieux le fait de pouvoir respirer sous l’eau et à la fin, je trouve ça plutôt chouette. Si l’expérience fut positive, je n’ai pas eu envie de réitérer l’expérience toute suite. Pour moi, la plongée restait une activité un peu extrême que j’avais essayé et puis voilà. Affaire classée sans suite.

Au quotidien, je continuais à aller me baigner et j’avais de moins en moins peur. Je ne sais pas si c’est que je m’habituais ou si c’est le fait d’avoir pu m’émerveiller devant les jolis poisson durant le baptême mais j’étais bien plus à l’aise dans l’eau.

 

Et puis un jour, avons nous rencontré des moniteurs de plongée français et nous sommes devenus amis. A force de les entendre parler de l’océan et de leur passion pour cette activité, j’ai commencé à avoir envie d’essayer une nouvelle fois.

 

La plongée parfaite avec What Next Adventures

 

Me voilà de nouveau dans un centre de plongée à Las Galletas avec  un accueil professionnel et décontracté en français. Cléo a une approche très pédagogique. Elle prend le temps de tout m’expliquer en utilisant un vocabulaire positif pour m’informer sans me mettre la pression non plus.

 

Nous partons du port de Las Galletas et après quelques minutes de transport en zodiak, nous arrivons dans une petite baie où l’eau est calme et belle. Cléo me réceptionne dans l’eau et nous plongeons lentement. Mètre par mètre, je décompresse et me m’habitue aux sensations. Cette fois-ci, je ne suis pas gênée par le fait de respirer sous l’eau.

 

 

Une fois sous l’eau, l’expérience est magique. Il n’y a pas d’autre mots. On a visité une petite grotte, croisé plein de poissons colorés et observé un joli crabe orange et violet. Cléo connait l’endroit comme sa poche et me l’a fait découvrir. Les 40 minutes se sont envolées et il fallait déjà remonter à la surface.

 

Cette fois-ci, mon stress était bas et j’ai pu me concentrer sur mes impressions. Le silence était vraiment agréable. Comme dans Le Grand Bleu, le seul bruit que l’on perçoit est sa propre respiration. Ca donne un effet presque hyptnotique à toute l’expérience. Comme je n’ai pas plongé profondément, toutes les couleurs étaient encore vives et c’était trop beau de voir tout ces poissons bariolés.
 

 

L’apesanteur était une sensation assez particulière. Toute la gestion de son corps est différente et je me sentais un peu pataude. Petite j’étais fan d’Ariel la petite sirène et j’avais même demandé à un magicien s’il pouvait me transformer en sirène. Il aurai mieux fait de me conseiller la plongée !

 

 

 

Mes conseils pour diminuer son appréhension à l’eau

 

En parlant autour de moi j’ai constaté qu’il y avait pas mal de personnes qui se sentaient mal à l’aise dans l’eau bien qu’elles sachent nager. Vu que je me sens beaucoup plus confiante dans l’eau qu’il y a deux ans, je vous partage quelque astuces qui m’ont aidé.

Les cours de natation

crédit photo : unspalsh – samuel-scrimshaw

Prendre des cours de natation pour vous perfectionner en nage serai le meilleur moyen de réduire l’appréhension à l’eau. Je n’ai pas suivit de cours dernièrement mais ça me semble évident que c’est l’étape de base. Si vous savez bien nager et êtes surs de vos capacités, vous vous sentirez plus en sécurité dans l’eau.

Se renseigner sur l’eau

Généralement, on stress car on a peur de l’inconnu. Ne pas savoir ce qu’il se passe autour et sous sois, peut être inquiétant. Finalement, se renseigner sur les fond marins et les poissons enlève le côté mystérieux et effrayant. Par exemple, je connais les types de poissons que je peux croiser fréquemment lorsque je me baigne. Je sais qu’il n’y a pas de requin à Tenerife mais des dauphins et des baleines pilotes au large. Tout ça m’a aidé à rationaliser ma peur des DENTS DE LA MER.

Se baigner le plus souvent possible

 

 

Plus on a l’occasion de se baigner et plus on se rend compte qu’on ne court aucun risque (en restant dans une zone calme et autorisée) aussi profonde soit-elle. Se baigner dans une piscine c’est tout aussi bien car on prend confiance dans ses capacités et dans les sensations que l’on a dans l’eau et sous l’eau. Vous pouvez faire des longueurs sous l’eau et voir combien de temps vous vous pouvez retenir votre respiration sous l’eau.

Bien s’équiper pour nager

J’ai vu tout de suite la différence lorsque j’ai commencé à mettre un masque et un tuba car je pouvais voir ce qu’il y avait sous moi et me rendre compte qu’il n’y avait rien de dangereux. Le tuba me permet surtout de conserver une position horizontale agréable. Je me fatigue moins et du coup me sens plus à l’aise. J’aime bien nager avec des palmes car elles me donnent plus de puissance. Ca me permet de nager plus vite et je peux être dans une zone où j’ai pied rapidement. Parfois je met même une combinaison et l’avantage de la combinaison c’est ce que l’on flotte facilement. C’est assez agréable pour faire du Snorkelling car on a encore moins d’effort à fournir.

Et le baptême de plongée alors ?

Forte de mon expérience, je pense que débuter par un baptême de plongée pour soigner vôtre peur est une mauvaise idée. Je dirai que c’est le genre de chose que l’on fait lorsqu’on se sent déjà capable de nager avec plusieurs mètres de profondeur sans aucun stress.

Mais surtout, il faut être capable de nager sous l’eau sans problème. Avant de faire un baptême, je vous conseille de faire du Snorkelling (masque et tuba) pour vous habituer à respirer par la bouche.

En revanche, c’est une expérience magique et je ne peux que vous encourager à faire un baptême de plongée à tous ceux qui en ont envie.

Si vous avez envie de faire un baptême de plongée à Tenerife, je vous conseille Cléo & Sam de What Next Adventures. Ils sont géniaux et peuvent vous proposer plein de types de plongées différentes en fonction de votre niveau et de vos envies.

 

Pour aller plus loin sur la question de la peur de l’eau, voici quelque articles que vous pourriez lire sur ce site natationpourtous.

 

,

Canyoning à Tenerife

Tenerife est une île pleine de surprises. Oui. Ce n’est pas l’image que l’on a de cette destination bien au contraire. Quand je parle aux français de Tenerife, la majorité voit en cette destination un Ibiza bis ou bien la côte d’Azur version cheap. Et certains ont raison.

Le sud de l’île est très construit, les vacanciers sont sur-sollicités par des grandes publicités les encourageants à faire des activités comme le zoo, parc aquatique, observation de cétacés sur des bateaux bondés, jet ski et j’en passe. Je n’ai rien contre ce type d’activités mais je comprend que certaines personnes ont envie d‘autre choses. Or, l’accès à l’information n’est pas toujours  évidente et à moins de chercher activement,  on risque de passer à côté de belles choses.

C’est surtout une destination idéale pour les sports de pleine nature.

Parmi les activités il y a… Le canyoning.

Je vois déjà vos sourcils se hausser de surprise. Oui, il y a des canyons magnifiques avec de l’eau sur cette île. Ils sont seulement « bien cachés » et magnifiques.

Avant d’aller plus loin, je vous précise que je vais vous présenter l’entreprise Canyon Tenerife qui appartient à mon conjoint. Il ne m’a pas demandé de faire cet article. Si je choisi de le faire, c’est pour vous donner des idées d’activités de pleine nature originales à faire sur Tenerife. Pour l’instant, cette activité est peu développée sur l’île et une autre entreprise propose cette activité, c’est Xplore Tenerife.

Si l’idée que je vous présente cette activité vous dérange, n’allez pas plus loin.

Dans le cas où ça vous intéresse toujours, sachez que Ben est français et diplômé d’un DE Canyon français, une formation reconnue internationalement.

Qu’est ce que le canyoning ?

Cela consiste à descendre le lit d’un cours d’eau. On suit le lit du ruisseau en progressant à pied et à la nage. La descente du canyon exige parfois de franchir des cascades, en faisant des rappels, des sauts, de la désescalade, des glissades (du toboggan en fait). Mais aucun saut n’est obligatoire. Dans ce cas là, on descend en rappel.

En bref, c’est un sport qui regroupe plusieurs pratiques : randonnée, nage et techniques de désescalade.

S’il y a plusieurs canyons à explorer sur l’île, je vais vous présenter celui de Los Carrizales. 

C’est une activité idéale pour découvrir  Tenerife hors des sentiers battus. Ceux qui ont toujours rêvé de jouer à Indiana Jones en se frayant un chemin à travers les bambous, dans une gorge de roche noire (c’est du basalte) vont être ravis. L’idéal est de faire cette activité en groupe. Là, on a vraiment l’impression de suivre un entrainement des marines (version soft quand même). Fou rires garantis et challenges à prendre.

Les canyons sont peu fréquentés et vous avez généralement la nature rien que pour vous. Ces canyons ne sont pas très difficiles techniquement mais ils sont longs. Il n’est pas nécessaire d’avoir de l’expérience mais il faut être en forme physique, c’est à dire être capable de fournir un effort pendant 5h, car une fois qu’on entre dans le canyon, il faut aller jusqu’au bout. Par exemple, la marche de retour (à la fin du canyon, quand on est déjà un peu fatigué, donc) de Los Carrizales, dure à peu prés 1h40. On suit un petit chemin vertigineux qui monte, qui monte… MAIS les vues sont à couper le souffle, on domine le canyon et on a une vue imprenable sur l’océanAtlantique. C’est ce qui rend l’expérience unique.

L’entreprise : Canyon Tenerife

Les Tarifs : Los Carrizales 80€/ p.p.